A plus tard
Patronyme
MICHON
Nos objectifs
MICHON
NORMANDIN
Principaux PATRONYMES
RETROSPECTIVE
LIEUX
A plus tard
ARBRE asc.
+ LIENS

Célébrités
ARMOIRIES
S.O.S -
Recherchon
s
Dernières
trouvailles
ALBUM PHOTOS 1 Michon
ALBUM PHOTOS 2 Durand
Livre d'Or

                  LA RECHERCHE CONTINUE 


    Vous pouvez parcourir notre ascendance sur Généanet à l'identifiant "mimiche" et la base d'étude de nos fins de branches : identifiant "jclmichon", pour en apprendre un peu plus en attendant, une future duplication sous forme de CD (le lien "ARBRE asc.+ liens" est en page d'accueil et en marge gauche de chaque page).  

    Il faudra encore quelques années de plus, pour que la plus grande partie de nos notes, très fournies, puissent prendre forme et sens, afin d'être paginée et qu'elles se décident, un jour, en "bon ordre", à rejoindre un petit éditeur local. Mais quand !?
    Je ne prends aucun engagement et j'ai bien l'intention de laisser un peu de travail en la matière à mes petits-enfants, ou arrières petits-enfants, enfin sait-on, à notre descendance, dans plusieurs décennies ou plusieurs siècles !....
  Néanmoins, notamment on vous donne un petit aperçu, avec les douze pages sur "Les AUVINET et le  Moulin-aux-Moines" (accessibles par le lien hypertexte bleu, cliquer sur AUVINET en page : "Retrospective"; paragraphe : "nous avons de disponible" ).


   Maintenant que les actes sont largement en ligne sur les Pays-de-Loire, nous nous obligeons, progressivement, à récupérer ces preuves objectives.
 
   Il nous reste encore beaucoup à faire, même en recherche fondamentale, notamment en Vendée et en Deux-Sèvres. S'y ajoute maintenant le 37, le 40, le 64, le nord de l'Espagne, pour nos petits enfants, le 19 et le 71 pour des collatéraux.

    Fort heureusement pour le 85, les actes sont "en ligne" depuis septembre 2003. Le 44 et le 79 ont suivi cette initiative. Le 80, s'y met à son tour fin janvier 2010...

    Un grand merci aux Conseils Généraux des départements qui ont franchi le pas.


    La mairie de Cholet, dès le troisième trimestre 2007, s'est démarquée du 49, qui vient aussi, enfin, au 18.04.2008 de rendre ses archives accessibles en ligne.
    La commune de Cholet présente sur le "net", les actes de "Notre-Dame" et "Saint-Pierre"; actes paroissiaux, de 1600 environ, à la révolution de 1789; pour les actes d'état civil : jusqu'à 1880.
    A noter que notre ville a pour particularité : d'avoir associé un moteur de recherche, qui vous fait cibler et aller très rapidement vers l'acte que vous recherchez (sans passer par le fastidieux page par page, acte par acte).
    Net progrès technique aussi, pour enregistrer un acte au format de votre choix. La sélection de l'acte en entier est possible et aisée, même si l'acte dépasse le cadre de l'écran.

    Bravo à l'équipe responsable des archives de Cholet et "chapeau bas" aux techniciens, auteurs de ces avancées techniques.


   La recherche en est largement facilitée.

    Bonne nouvelle enfin, au 02.04.2011, le moteur de recherche de l'AgenA accessible en salle de lecture à Angers, Saumur et Cholet (Sla), a aussi rendu accessible, du domicile des adhérents, les évènements relevés à ce jour, du département du Maine-et-Loire (Pour y accèder il faut être adhérent dans l'une des trois sections de généalogie du 49).


    Blocages au préalable supposé irréversible :

    Malgré tout, 1/64ème de notre généalogie, branche du père de notre grand-père maternel, nous est longtemps apparue vouée à rester morte. Celui-ci, dit aussi enfant naturel, s'il le connaissait, est parti avec une partie essentielle du secret, ma mère étant en bas âge !...

     Nous prendrons toutrfois connaissance en février 2012 de l'existance d'un jugement du 8 juin 1846 concernernant notre ancêtre :

          - Palmire Nathalie NORMANDIN, "victime d'un attentat à la pudeur avec violence". 7

    Nous allons un court instant envisager que nous allions peut-être pouvoir réouvrir un branche considérée comme définitivement morte.
   Mais nous en déduirons toutefois assez vite, du fait de la période évoquée, qu'il ne pouvait s'agir du potentiel géniteur de notre ancêtre
:

        -  Paul Ernest NORMANDIN, est né lui, en 1862 à la Tessoualle 49, pour une agression qui se situait en 1846 !...


    Pourtant notre mère portait en elle une information majeure qui va finir par ressugir et nous ouvrir une voie inespérée..

    Faut-il alors envisager un rapprochement, entre le fait de la non reconnaissance de paternité du véritable géniteur seize ans plus tard et les traces aux  conséquences irréversibles de cette agression antérieure (perte de la preuve de virginité, même s'il n'y avait pas eu d'acte sexuel réel) !?...


    D'autres points de blocages et leurs évolutions

   a) Dans l'ascendance de mon épouse

    Il nous reste un point de blocage historique majeur, au niveau du couple : Pierre DEVANNE et Jeanne Charlotte JOUSSE, X av 1737. Pierre était veuf de Jeanne RENUZEAU, X av 1728 (Mariages non trouvés).
     Pierre est sans doute fils du couple : DEVANNE-RENAUDIN, marié aux Cerqueux-de-Maulévrier 49, village limitrophe du 79.
Jeanne Charlotte JOUSSE, serait la fille de Noël et Catherine TOURNERIE, X av 1702 (on ne trouve pas ces mariages à la Verrie 85) ! ?......
      Il est probable que Noël, ait pu avoir un fils ainé, du même prénom, qui se marierait à une Marie POIRIER, avant 1721. Mais, le doute persiste, car il se peut aussi, que ce soit un remariage du père !?......
     Un Mathurin DEVANNE, est né de ce couple, potentiel frère de Jeanne Charlotte, ou neveu; le cousin germain alors, de
Louise Jeanne DEVANNE, présent et cité au mariage de 1763, à la Verrie, avec Pierre GRAVELEAU ! ?........

   Ces lacunes nous laissent imaginer, que ces événements introuvables à ce jour, auraient pu, avoir eu lieu, aux Echaubrognes, comme au Puy-Saint-Bonnet ou à la Chapelle-Largeau. Communes très sinistrées en matière de registres, au moment des guerres de Vendée ? ?.......

     Les archives notariales, nous permettront peut-être de faire tomber ces énigmes !...

   La naissance de notre Catherine CERCLAIS, restée célibataire, non disponbile sur les regsitres de la Chapelle-Rousselin (nid des CERCLAIS); introuvable également à partir des relevés incomplets du moteur de recherche AgenA-Sla, va finir fin 2011, par nous être révélé à Montreuil-Bellay 49, le 28.06.1778. Elle est la fille d'in Lieutenant de Gabelles et d'une mère née à Chalonnes-sur-Loire 49.

    La mobilité professionnelle du père est donc la cause principale de cette difficulté, qui nous bloquait depuis des années !

  Toujours dans la période contemporaine peu accessible, nous buterons jusqu'en début 2012, sur le décès de Marie Hortense LANDREAU (supposé à Cholet 49, ou aux Herbiers 85), arrière-grand-mère de notre épouse !....
    L'aimable équipe des Archives de la Mairie de Cholet finira par nous sortir l'acte du 06.12.1918.

    Une erreur d'ascendance de Marie BARRE, épouse de Jacques MILLEPIEDS, a été rectifiée le 06.09.2012. La lecture de leur acte de mariage ne laisse plus aucun doute. Elle est la fille de Alexis BARRE et Perrine BABONNEAU de Saint-André-de-la Marche 49.


    b) Quant à notre propre ascendance :

   Il restait, avant 1751 (voir 1741), une énigme conséquente au niveau du mariage, bloquant toute progression objective de l'ascendance, du couple François BROUARD, Charpentier, époux de Marie MENIE**, qui de Somloire et Coron, a muté vers les Echaubrognes 79, la Tessoualle (forte attraction de population du fait du bureau de marquage des toiles, comme à Maulévrier et à Cholet).
     Puis termineront leur vie à Yzernay, où ils y décèdent tous les deux, en 1772 et 1777.

    Mais avant Somloire, on restera lontemps à chercher d'où pouvaient bien venir les parents de François, comme ceux de Marie, pour qui, on ne trouvait aucune naissance en phase, sur notre secteur ! ?.....
     Il reste vrai, que les variables du patronyme, ne nous facilitent pas la tâche**.

    On sera certes tenté de les raccorder aux BROUARD et aux MENIE de notre région. Mais, un nid de BROUARD, Charpentiers de surcroît, sera aussi détecté à Magné 79, dès 1600. Des MONIE sont aussi présents à Cram-Chaban dans le 17,. Cette dernière commune, est fort proche des Deux-Sèvres. On aura pour piste objective concrète, un double mariage BROUARD, de Gilles et Catherine, sa soeur, le 29.10.1668 à Cram-Chaban, aussi Charpentier, dit de Magné 79; et au moins un mariage MONIE René, le 09.09.1668, né en 1648.

   Or, nous savons, que certains métiers, comme ceux de maréchaux, charrons, charpentiers, boulangers..... au temps des grandes familles, étaient par la force des choses, contraints, plus que d'autres, de muter vers des communes plus ou moins éloignées, pour pouvoir exercer la profession de leurs pères !.......
    Il en était de même pour des métiers plus saisonniers, comme les scieurs de long, qui descendaient la Loire depuis le Massif Central et parfois se mariaient sur place, dans les Pays de Loire.....

    Ces BROUARD, après nous avoir donné bien du souci, nous le savons maintenant venaient de Chanzeaux - la Jumellière - Saint-Lambert-du-Lattay 49. Inatendu, Ils ont transité vers ces communes à partir St Aubin-de-Luigné 49, avant de muter relativement bien plus loin, vers les Echaubrognes 79.
  
    Nos ancêtres étaient donc plus mobiles qu'on a pu l'imaginer à priori, avant de commencer des recherches !

    L'incertitude prévaut par contre toujours côté MENIE :

    Nous restons avec un doute majeur pour la première Marie MESNIL, née en 1723 à Coron 49, du couple Louis MESNIL et Renée GODINEAU, retenue à ce jour comme notre potentielle ancêtre. Nous la suspectons de pouvoir être  décédée avant la prochaine Marie, née deux ans plus tard, en 1725 du même couple !? Toutes les autres potentielles Marie MONIE, dans les différentes variantes du patronyme, relevées à ce jour, sont décédées en bas âges !?...


     En août 2012, nous allons aussi débloquer la branche de nos GUEFFIER de Chemillé Saint Pierre, pour lesquels nous bloquions avant 1750, du fait du mariage introuvable de Pierre GUEFFIER avec Renée BIDET vers 1736. Nous allons par rapprochement, finir par déduire qu'il s'est non pas marié trois fois, mais bien quatre fois. La première noce se fera avec Mathurine ONILLON, en 1730 à Chemillé. Les décès successifs des trois premières épouses valident objectivement ce montage.

   Nos GUEFFIER en 1600, se situaient eux aussi sur les bords de Loire, comme nos BROUARD. Leur origine plus précisément se situe sur la commune de Rochefort-sur-Loire 49.


    Côté CHAILLOU : Nous resterons encore en difficulté quelques temps, aussi avec notre Anne Marie CHAILLOU, qui nous le savons maintenant depuis fin aôut 2012, aurait pour père un Pierre CHAILLOU (cité comme grand-père de Marie Jeanne Perrine COUILBAULT en 1753 à Chemillé Saint-Pierre 49). Nous lui connaissons aussi de potentiels alliés présents aux baptêmes des ses enfants :

Jacques BOUMARD cité en 1754 (lien non identifié), un cousin René VAILLANT, cité en 1765 (non raccordé), un cousin remué de germain Etienne L'OFFICIAL, cité en 1756 (que nous avons ciblé sur trois générations mais non raccordé), une Jeanne OGER (non identifiée) !

 Mais rien d'objectif à ce jour pour raccorder cette filiation CHAILLOU avec certitude (pas de mariage COUILBAULT-CHAILLOU, avant 1751, pas de naissance en vue d'une Marie Anne CHAILLOU vers 1725, d'un père Pierre CHAILLOU sur le 49) !?...

   L'horizon va s'ouvrir avec la participation et les apports de Noël VENTUR et Yveline THERNE, assidus lecteurs de nos "dernières trouvailles" : René VAILLANT ayant été formellement identifié, non pas sur Cholet, mais bien sur Chemillé Saint Pierre 49.


    Grand bonheur au 10.01.2013, avec le ciblage du couple BORE-GALLARD sur Saint-Quentin-en Mauges 49.
   La frustration de l'absence de leur acte de mariage, dans l'année lacunaire de 1706, va finir par être dépassée avec la découverte progressive, acte par acte (non relevés à ce jour pour les baptêmes et les décès en cette commune),
des naissances des enfants du couple.

   Nous objectivons enfin, par le rapprochement et le croisement de témoins, la filation de Martine GALLARD, qui en sera à son troisième mariage en épousant Mathieu GALLARD en 1706.


     Nous localisons donc aujourd'hui nos ancêtres, principalement dans un large espace, qui mème de l'océan à la Loire, sur quelques 150 à 200 kms. De l'ouest à l'est, entre Saint Martin-de-Brem 85 et Angers 49; du nord au sud dans la linite de Nantes 44 et de Fontenay-le-Comte 85, tout en intégrant le nord du 79, avec Cholet pour "hypercentre" ou "épicentre".


    Bonne visite restreinte; soyez assez compréhensif pour ne pas faire que passer et vous servir "inconito", comme beaucoup trop de visiteurs. Ne nous quittez pas non plus, sans avoir regardé nombre de nos ancêtres et collatéraux en photos (albums n°1, n°2), dont quelques uns non totalement indentiés à ce jour.

    Surtout, ne manquez pas "Notre avis de recherche ou S.O.S", concernant la fille "naturelle" de notre oncle Charles TREPAGNE, que vous trouverez en photos dans notre album n°2 (passer par la page d'accueil et la rubrique "Arbre asc.+ liens" ou par la marge gauche des liens de chaque page).

    Nous espérons, un jour, réussir à retrouver une éventuelle descendance, à partir de Paris, + en 1932 à 23 ans:
                - Ginette "Y", de nous inconnue et non localisée sur la vaste région parisienne.
 
   Voir plus de détails sur ce S.O.S à partir de notre album photo n°2 intégré aux pages de ce site.


    Prenez le temps de nous contacter, surtout si vous pensez que nous pouvons être en lien de cousinage (patronymes et lieux identiques), ou si vous croyez avoir reconnu un ancêtre de moins de 120 ans, en comparant vos propres photos avec les notres.
   Un détail futil à vos yeux, une petite information, qui peut vous paraître aujourd'hui anodine, peuvent très bien nous être réciproquement utiles (Ne dit-on pas que "les petits ruisseaux font les grandes rivières"!).


    Nous nous ferons un plaisir d'échanger positivement avec vous......

    Et puis, pour nos contemporains de branches collatérales les plus proches, avec qui nous n'avons jamais, ou trop peu communiqué depuis des décennies, sachez que les brouilles et différents de nos ancêtres et parents ne sont pas les notres. Elles ne justifient donc plus, aujourd'hui, une absence totale d'échange et de communication. 
   Nous sommes d'un même sang. Ces différents de l'époque sont dépassés, ne les laissons pas entraver la recherche généalogique, qui à pour principe de base fondamental : le partage.

   Nos échanges peuvent nous permettre de lever ou d'éclairer encore quelques autres énigmes ou petits secrets de familles* !.....

     Notre histoire familiale progresse tous les jours. Elle peut aussi évoluer, un peu plus, avec vous !...


    Nous restons disponibles, aussi pour partager nos tentatives de constructions, quand nous sommes contraints parfois, de croiser un maximum de citations de témoins clés, en élargissant les relevés, aux descendances de fratries et collatéraux.
    Pour favoriser ce partage et ces échanges, nous avons mise en place, un fichier d'étude de nos fins de branches, sur GénéaNet, depuis août 2009 : quelques 200 000 fiches accessibles à l'identifiant "jclmichon".....

    Alors, à bientôt les futurs cousins, vos apports peuvent nous être réciproquement utiles et précieux.....

    Amicalement.

                                                                                                                                        le 29.12.2014
                                                                                                                                   Marie-Claire DURAND
                                                                                                                                                et
                                                                                                                                   Jean-Claude MICHON
                                                                                                                            Mail : jeanclaudemichon@sfr.fr


    Légende :

* l'évolution des sciences humaines nous en révèlent aujourd'hui les effets destructeurs;

** MENIE -) MESNIE -) MESNY -) MONIE -) MONIé -) MENAIS -) MONNIER -) MEUNIER..... et pourquoi pas MARY (puisque selon Menie GREGOIRE : le prénom de Menie voudrait dire Marie en Vendéen.

PS: Au 11.04.2009 nous avons laissé un message à notre descendance sur GénéaFutur par "francegeneweb" passé depuis sur Wiki :     

                              message réactualisé à notre descendance

                    

P8

Serait-ce
 Hortense LANDREAU

née à la Verrie 85
décédée en 1918 à Cholet
 

P9

Eugénie UZUREAU enfant
 
et sa supposée

grand-mère

  Marie MERAND

1879 Angers



AIDEZ-NOUS

Généalogie MICHON-DURAND